Manoé

manoe-logo

Contexte

Ces dernières décennies, la fréquence des allergies alimentaires a augmenté pour devenir une préoccupation majeure de santé publique. Dans les pays occidentaux, environ 2-3% de la population dont 7-8% d'enfants sont touchés par ces allergies. Jusqu'à présent, en l'absence de traitement, la seule solution offerte aux personnes allergiques est basée sur un régime d'éviction des aliments incriminés.

Partout dans le monde, les agences réglementaires ont fixé des règles d'étiquetage des allergènes pour les produits pré-emballés. La Communauté Européenne a établi une liste de 14 allergènes qui doivent être étiquetés et recommande que les industries agroalimentaires gèrent le risque allergène au travers d'une démarche HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point). Ces procédures ont mis en évidence, qu'au-delà de la problématique de l'allergène en tant qu'ingrédient, des difficultés importantes demeuraient dans la gestion du risque de contaminations croisées qui ne peuvent pas toujours être complètement évaluées et éliminées. A l'exception du gluten et des sulfites, aucun seuil n'a été défini par la Communauté Européenne. Les méthodes analytiques permettant de détecter les allergènes viennent appuyer la démarche HACCP. Elles peuvent être extrêmement sensibles et l'étiquetage de la présence d'allergène peut correspondre à de faibles quantités d'allergènes. En l'absence de seuil, de nombreuses mentions d'avertissement sont apparues pour informer les patients allergiques d'un risque potentiel de traces d'allergènes.

Pour les patients allergiques, l'accès à l'alimentation est clairement restreint alors que selon de nombreux cliniciens la plupart des patients allergiques peuvent tolérer des petites quantités d'allergènes (qq mg) sans réaction. Dans ce contexte, des seuils de santé publique seraient très utiles. Des données cliniques récentes concernant la sensibilité des patients vont être bientôt disponibles et des seuils réglementaires pourront être proposés. Il est maintenant important de savoir comment les patients, les cliniciens, les industries agroalimentaires et les analystes prendront en compte et utiliseront de tels seuils.

En partant de ce constat, Nova Child a réuni des industriels de l'agroalimentaire, des cliniciens, des associations de patients allergiques et des scientifiques pour travailler autour du problème des « traces » d'allergènes dans un contexte de seuils.

 

 

Objectifs

Le programme MANOE, financé par la Région des Pays de la Loire, labellisé par Nova Child et co-labellisé par le pôle de compétitivité Valorial, a pour objectif de développer des produits alimentaires destinés à la population générale tolérés par la plupart des enfants allergiques à l'arachide, à l'œuf, au lait et au blé. Ce programme a démarré en 2010 et se termine en 2015.

Il comprend quatre volets :

  • Un volet industriel visant à optimiser la gestion du risque « allergène » en entreprise afin de développer des produits alimentaires à teneur « maitrisée » en allergène.
  • Un module analytique visant à tester la fiabilité des méthodes de détection des allergènes sur les matrices alimentaires des industriels puis à développer ou optimiser ces méthodes.
  • Un module clinique visant à évaluer la tolérance de petites doses d'allergènes chez une population d'enfants allergiques à l'arachide, à l'œuf, au lait et au blé (plus de 300 enfants inclus dans l'étude clinique coordonnée par le CHU d'Angers et impliquant 11 hôpitaux).
  • Un module consommateur visant à mieux cerner les connaissances et les croyances des familles d'enfants allergiques. Basé sur des entretiens et des questionnaires, ce module a permis notamment d'évaluer les paramètres qui affectent l'acceptabilité et l'utilité de ces nouveaux produits où le risque est maintenu en dessous d'un seuil.

Bien que ce programme ne visait pas à déterminer et définir des seuils, il a permis d'apporter un éclairage pratique sur l'utilisation de ces seuils par les industriels de l'agroalimentaire, de mesurer la performance des méthodes analytiques pour garantir ces seuils et d'évaluer la perception de ces seuils par les patients.

 

Les partenaires

 inra  chu-angers  chu-nantes  afpral  audencia-Nantes  merieux  charla  cyranie  picot  pasquier  novachild  capaliment